Mercredi 10 septembre 2014, Canal+ a diffusé le documentaire “Liberté, égalité, improvisez”  consacré à l’improvisation théâtrale et produit par Melissa Theuriau. Avant d’en retracer les grandes lignes, je peux vous dire que ce fut un grand plaisir que de visionner ce documentaire en tant qu’improvisateur, mais aussi – et surtout ! – en tant que formateur.

Une belle couverture médiatique… ça fait plaisir et ça fait peur !

Presse, télé, radio, Mélissa Theuriau a fait le tour des grandes émissions pour présenter son documentaire. L’impro se fait très rare dans les médias français, quand elle n’y est pas massacrée (beaucoup d’improvisateurs font encore des cauchemars quand on leur parle de l’émission Totale Impro diffusée il y a quelques années sur M6).

Si bien que pour beaucoup de personnes qui ont vaguement entendu parler d’impro, cela reste un sous-genre du théâtre où les “comédiens” sont surtout là pour faire des “trucs loufoques” et s’enfoncer dans “la bizarrerie” et le “n’importe quoi”, ou alors un bon moyen de travailler son sens de la répartie pour balancer des vannes avant de se lancer dans le one man show…

Et là, on nous propose un documentaire d’1h30 consacré uniquement à l’impro pour lequel les médias mettent surtout en avant la présence de Jamel Debbouze, un as de la vanne qui a débuté par l’impro pour ensuite faire la carrière qu’on lui connait. Bref, c’est avec beaucoup d’envie et d’appréhension que je me suis lancé dans le visionnage de ce documentaire.

 

Et concrètement, ça parle de quoi?

Le docu nous propose de suivre 4 histoires :

Le combat de Jamel Debbouze, “Papy” et Marc Ladreit de Lacharrière pour faire de l’improvisation une discipline enseignée dans les collèges. Le parcours de Jamel, jeune gamin perdu que l’improvisation a “sauvé” y est mis en avant, ainsi que l’impact que ce trio a eu pour mobiliser les plus hautes autorité de l’Etat (un président Hollande que l’on n’a pas vu avec un aussi grand sourire depuis longtemps).

La plus grosse partie du documentaire est consacrée à l’atelier d’impro d’un collège de Bordeaux, et plus particulièrement à 3 collégiens : Samira, une jeune fille très timide qui commence à s’épanouir, Arthur, brillant en classe moins en atelier d’impro mais qui persévère pour sortir de sa zone de confort et Adi, jeune trublion très à l’aise en impro mais moins en cours.

Deux séquences plus courtes nous montrent des exemples de pratiques de l’impro dans un cadre professionnel :

On y découvre la conférence Berryer, un événement prestigieux dans lequel de jeunes avocats improvisent tour à tour pour “démonter” le discours préparé d’un courageux candidat. Le tout sous le regard d’un invité de marque (ici Guillaume Gallienne) qui se prête également à l’exercice mais pour défendre le malheureux candidat.

La deuxième séquence s’intéresse au monde de l’entreprise avec Olivier, coach d’impro ( et diplômé HEC). On le voit intervenir dans une entreprise de télémarketing, pour remobiliser les salariés, leur apprendre à se lancer dans leur métier avec énergie et entrain. Il intervient ensuite auprès de dirigeants du cac40, qu’il suit en atelier depuis plusieurs mois, les participants y enchainent les exercices d’impro tandis qu’Olivier met en parallèle les notions abordées avec les situations auxquelles ils font face dans leur travail.

 

Ecoute, énergie, partage, erreur…

Alors qu’est-ce que j’en retiens de ce documentaire?

Tout d’abord, énormément de plaisir car contrairement à ce que je craignais, beaucoup de valeurs qui me sont chères sont très bien mises en valeur dans les différentes séquences : l’écoute, le partage, la construction en équipe, la sincérité, l’absence de jugement, le fait d’oser, oser agir, oser proposer ses propres idées, oser se tromper.

Mon attention s’est particulièrement portée sur les séquences avec Cédric, le coach qui intervient au collège de Bordeaux et celles avec Olivier, le coach en entreprise. La raison en est simple, je fais le même métier qu’eux ! Quel pied de voir des gens faire le même métier que vous et de le faire bien ! J’ai trouvé les interventions de Cédric particulièrement pertinentes et justes et sa relation avec son groupe très touchante.

A la fin du documentaire, je n’avais qu’une envie : celle de retrouver mes élèves, mes élèves de 14 ans, ceux de 20, de 30, 40 50 et plus, que je n’ai pas revu depuis plusieurs semaines à cause de la trop longue pause estivale. L’envie de retrouver mes élèves qui font de l’impro pour le plaisir, ceux qui en font pour s’exprimer, pour vaincre leur timidité, pour développer leur créativité, se mettre en lien avec les autres, pour mieux communiquer, pour apprendre à gérer leur stress, à s’affirmer dans leur vie quotidienne, à mieux écouter, à mieux manager,à s’adapter à l’imprévu, à gérer les conflits, à prendre du plaisir dans leur travail…

 

Quelques ombres au tableau ?

Si mes attentes en tant que coach et formateur en entreprise ont été plus que satisfaites, elles le sont un peu moins en tant qu’improvisateur. Si j’ai un reproche à faire au documentaire, c’est de ne pas mettre assez en avant l’improvisation en temps que discipline artistique. Les seuls extraits de spectacle que l’on y voit sont des matches d’impro, c’est certes le format le plus connu mais pas forcément celui qui met le mieux en avant les valeurs de l’impro selon moi.

De plus, l’humour est présenté comme une composante indispensable de l’impro et quand on pose des questions aux collégiens sur leur avenir avec l’impro, on leur demande s’ils veulent devenir les grands humoristes de demain. Une courte séquence supplémentaire sur une compagnie, pro ou amateur, qui propose d’autres formats et styles de spectacles, auraient permis de contrebalancer cela.

 

Pour conclure

Malgré les quelques reproches que j’ai à lui faire, “Liberté, Égalité, Improvisez” reste pour moi un excellent documentaire qui permet de mieux faire connaitre l’impro et ses belles valeurs à un plus large public (enfin… à un plus large public, abonné à Canal+ ).

Plus qu’une discipline artistique, c’est un outil de développement à tous niveaux qui est présenté avec beaucoup de coeur et de passion. Un outil qui m’est personnellement très cher et que je prend beaucoup de plaisir à utiliser et à transmettre au quotidien.

Bref, un document qui fait du bien et qui me rappelle une fois de plus pourquoi j’ai choisi de faire ce métier.

Parlez juste et vrai !

Recevez nos prochaines vidéos et nos prochains contenu directement depuis votre boite mail.

Merci ! Vous allez recevoir un email de confirmation.